Plan d'actions

4. Faire évoluer l’agriculture vers plus d’autonomie et de diversification

L’agriculture est à la fois le premier émetteur de GES, principalement non énergétiques, et le 1er secteur
contribuant au captage du carbone dans les arbres et les sols et au développement de la biomasse pour
la production d’ENR. C’est un secteur également touché par la pollution de l’air à travers l’émission de
NH3 lors de la fertilisation des sols.

L’enjeu est de favoriser les systèmes qui limitent les émissions de GES et de polluants, et favorisent le
captage du carbone. Des systèmes visant l’autonomie alimentaire et énergétique, avec la réduction des
intrants y compris des fertilisants et des produits phytosanitaires, et la diversification des productions
pour éviter la concentration d’élevages intensifs. Cette formulation est le fruit de la démarche de partage
du diagnostic et de co-construction des enjeux menée avec des agriculteurs et des élus au sein du GT
Agriculture.

De nombreux acteurs, organismes agricoles, syndicats de bassin versant, collectivités locales, mènent
déjà des actions dans ce sens. Par ailleurs, la Communauté de communes peut agir dans le domaine
agricole dans le cadre de sa compétence optionnelle en environnement portant sur des « actions de
soutien, de développement et de promotion de l’agriculture biologique ».

Il s’agit donc pour la Communauté de communes de renforcer la synergie entre les actions menées par
les différents acteurs au niveau local pour tendre vers des systèmes plus autonomes et diversifiés, et
d’accompagner l’évolution vers le bio (dans des conditions permettant la création d’aménités positives
en lien avec les enjeux du PCAET).