Plan d'actions

1. Accompagner la généralisation du bâtiment durable

La durabilité dans le bâtiment : qu’est-ce que c’est ?

La durabilité dans le bâtiment est comprise ici comme la prise en compte de l’ensemble des dimensions inhérentes au PCAET. Il s’agit donc de rénover, de construire et d’utiliser ou d’habiter en :

  • réduisant la consommation d’énergie et les émissions de GES (y compris pendant la construction et pour la production des matériaux) ;
  • produisant et utilisant des EnR, en veillant à limiter l’impact sur les réseaux ;
  • améliorant la qualité d’air intérieure comme extérieure ;
  • utilisant des écomatériaux et en veillant au recyclage ou upcyclage des matériaux ;
  • stockant le carbone (à travers les matériaux utilisés, les toitures végétales, les aménagements) ;
  • préservant la biodiversité (en conservant des habitats pour la faune dans les bâtiments) ;
  • anticipant l’adaptation au changement climatique (chaleur et sécheresse).

 

Pourquoi cibler le secteur dubâtiment ?

Le secteur du bâtiment est le premier en terme de consommation d’énergie sur le territoire. C’est l’habitat qui représente plus des 2/3 de la consommation, avec une forte proportion d’électricité comme vecteur énergétique.

Le secteur devra s’adapter au changement climatique avec une augmentation à prévoir des journées chaudes.

En termes de pollution de l’air, c’est la combustion du fioul et du bois, dans des équipements anciens et peu efficaces, qui est responsable de l’émission de particules fines et de COVNM. Ces émissions sont d’autant plus élevées dans les communes non desservies par le gaz.

 

Comment faire pour agir sur le secteur du bâtiment ?

  1. Il s’agit donc de traiter en priorité le secteur de l’habitat, en se donnant les moyens de contribuer à généraliser les rénovations et constructions durables et en sensibilisant à grande échelle les ménages.
  2. Ensuite, l’exemplarité du patrimoine public est en jeu pour crédibiliser l’action publique, en démontrant la faisabilité de la construction durable et en développant un marché qui permette la montée en compétences des entreprises de la construction.
  3. Enfin,  le  secteur  tertiaire  hors  patrimoine  public  doit  suivre  cette  dynamique  à  travers  une mobilisation de dispositifs et d’outils déjà existants mais peu utilisés, et la création de nouveaux dispositifs locaux d’accompagnement économique

Nom du projet
Priorité
Réalisation (en %)
moyenne
0 %